25 Août 2017

Retour de S. Berlusconi sur la scène politique italienne et statu quo après le sommet de Jackson Hole.

Commentaire de marché

Un peu endormis par ce retour de vacances ensoleillé, les marchés ont dû se réveiller quand le retour du vieux mogol de la politique italienne, Silvio Berlusconi, a commencé à être évoqué dans la perspective des élections législatives en avril 2018. Les combinaisons possibles autour de Forza Italia, la formation de l'homme qui aura marqué la vie politique de la péninsule depuis 1994, avec le PD ou les alliés de la Lega et les Fratelli d'Italia n'aboutissent pour l'instant à aucune majorité absolue. Elles ont au moins l'avantage de marginaliser le parti Cinque Stelle du point de vue de ces protagonistes. Un gouvernement faible et des incertitudes ne sont finalement qu'un apéritif (un Aperol Spritz oserons-nous dire en cette fin d'été?) bien connu de la vie institutionnelle des transalpins.

Pendant ce temps, les menaces de Donald Trump (fermeture des administrations - shutdown -, dénonciation du traité ALENA, pression pour la construction du mur avec le Mexique) commencent à échauder un parti républicain qui voit se profiler les élections de mi-mandat avec un peu moins de sérénité. Toujours aux Etats-Unis, le digital se marie avec le physique : Amazon émet 16 md$ d'obligations pour racheter Whole Food Markets pendant que Google s'allie à Wal Mart. Virtuelle ou physique, la distribution conserve toujours la même finalité : acheminer un produit situé dans une chaîne logistique à un consommateur (impatient et sensible au prix) contre un paiement.

En Europe où la distribution souffre toujours d'un contexte conjoncturel complexe (profit warning de Dickson Carphone), on pourrait aussi voir cette fusion entre physique et digital. A ce titre, en France, les actionnaires attendent beaucoup du nouveau manager de Carrefour, Alexandre Bompard, ancien manager de FNAC-Darty.

Les banquiers centraux sont partis ce weekend pêcher la truite à Jackson Hole dans le Wyoming (on raconte que la Fed de Kansas City a réussi à faire venir en 1982 Paul Volcker, Président de la Fed, dans ce haut lieu de la pêche à la mouche pour en faire un événement mondial depuis). Aucun changement de ton n'est à noter et les discours ont été mièvres voire ennuyeux.

Les leaders politiques, quant à eux, peuvent encore gâcher à travers leurs facéties habituelles cette année boursière correcte portée par de bonnes données macroéconomique et par le rebond des matières premières. N'oublions pas toutefois que Donald à sa prise de pouvoir avait sauvé les performances boursières l'année dernière ! Souvenons-nous aussi que la fée Volatilité aime bien les mois d'octobre et de novembre.

Texte achevé de rédiger le 25 août 2017 par Igor de Maack, Gérant et porte parole de la Gestion. 

Cet article ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document promotionnel est un outil de présentation simplifié et ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document ne peut être reproduit, diffusé, communiqué, en tout ou partie, sans autorisation préalable de la société de gestion.

DNCA Investments est une marque commerciale de DNCA Finance

Un peu endormis par ce retour de vacances ensoleillé, les marchés ont dû se réveiller quand le retour du vieux mogol de la politique italienne, Silvio Berlusconi, a commencé à être évoqué dans la perspective des élections législatives en avril 2018. Les combinaisons possibles autour de Forza Italia, la formation de l'homme qui aura marqué la vie...
2017-08-25