24 Avril 2017

Retrouvez le point hebdomadaire sur les marchés par Igor de Maack

Commentaire de marché

Ce premier tour des élections françaises a mis fin au suspens qui durait depuis plusieurs mois. Les sondages avaient annoncé un score serré et pour une fois remarquablement prédit l'ordre d'arrivée. Emmanuel Macron sera donc opposé à Marine Le Pen. Le choix qui se présente aux électeurs est simple : 1/ soit ils votent pour rester dans le giron des nations démocrates au travers d'un programme social-libéral compatible avec le fonctionnement de la planète globalisée et connectée 2/ soit ils choisissent l’inconnu d’une présidence marquée par l’incitation aux solutions extrêmes et par un programme économique sans lendemain. Les sondages indiquent pour l’instant un net avantage à Emmanuel Macron. Il reste cependant deux semaines entre les deux tours et le phénomène de report des voix n’est peut-être pas aussi évident au vu des scores du premier tour. Comme souvent, le deuxième tour de l’élection française se résumera donc à un non choix. Alors que le premier tour est traditionnellement un vote d’adhésion, les électeurs sont plutôt confrontés au choix entre le pire candidat et le moins mauvais ou le plus proche de leurs sensibilités. Les élections législatives (11 et 18 juin) constitueront aussi un autre temps fort car pour gouverner en France, il faut une majorité parlementaire. 

Dans un premier temps, les investisseurs exprimeront leur soulagement de ne pas avoir un deuxième tour entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. Ils voudraient d’ailleurs dès maintenant réinvestir les marchés actions européens et notamment les actions françaises si les sondages continuaient de confirmer la nette avance du candidat « sobre ». Le précédent quinquennat se termine donc comme il avait commencé avec une impopularité qui atteint aujourd’hui des records dans la Vème République depuis le Président Pompidou. Reine des dépenses publiques, accroc à la dette, incapable de faire réellement diminuer son chômage après trois années de croissance et engluée dans un modèle social datant des Trente Glorieuses qui défie les lois mathématiques quand il s’agit du financement du régime de retraite par répartition, la France n’a pas encore su profiter de la reprise économique en zone euro pour se réformer. Elle n'a pas non plus tirer parti de l’extraordinaire bénéfice des taux maintenus artificiellement bas par une BCE qui a violemment tourné le dos à l’orthodoxie monétaire teutonne.

Dotée d’atouts inestimables (sa culture, ses entreprises petites et grandes, ses infrastructures, sa démographie, son climat, sa position géographique), la France se voit offrir une nouvelle chance (la dernière?) de prendre le train des grandes nations (développées ou émergentes), de redonner du corps (et du cœur) au projet européen et d’éviter ainsi un déclin programmé après mille ans d’une histoire si riche.

Texte achevé de rédiger le 24 avril 2017 par Igor de Maack, Gérant et porte parole de la Gestion. 

Cet article ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document promotionnel est un outil de présentation simplifié et ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document ne peut être reproduit, diffusé, communiqué, en tout ou partie, sans autorisation préalable de la société de gestion.

DNCA Investments est une marque commerciale de DNCA Finance

Ce premier tour des élections françaises a mis fin au suspens qui durait depuis plusieurs mois. Les sondages avaient annoncé un score serré et pour une fois remarquablement prédit l'ordre d'arrivée. Emmanuel Macron sera donc opposé à Marine Le Pen. Le choix qui se présente...
2017-04-24