10 Février 2017

Retrouvez le point hebdomadaire sur les marchés par Igor de Maack

Commentaire de marché

Les marchés actions continuent d'osciller entre bonnes publications annuelles des sociétés, résurgence du risque de sortie de la zone euro de la Grèce et perspectives angoissantes des échéances électorales futures. Ainsi, l'écart entre le taux dix ans français et le taux dix ans allemand a atteint son plus grand écart depuis la fin de l'année 2012 (environ 70 points de base). Les grands investisseurs internationaux ont d'ailleurs commencé à vendre leurs obligations souveraines françaises au profit des titres allemands.

A titre d'illustration, on remarque que les investisseurs japonais ont vendu en novembre dernier 161,8 milliards de yens d'obligations françaises, soit le premier solde négatif depuis décembre 2015. Les investisseurs obligataires ne sont probablement pas confortables avec les résultats de l'élection présidentielle française, perçue comme étant de plus en plus génératrice de stress et d'inconnu, mélange détonant pour tout épargnant obnubilé par la sécurité et la visibilité.

Pour l'instant, l'économie française tient bon : l'investissement industriel y frémit et la demande d'achat de biens immobiliers accélère, deux signaux économiques qui contredisent pour l'instant les théories messianiques les plus noires sur le résultat de cette élection, si important pour la France, pour la zone euro et pour l'Europe. Gustave Flaubert, écrivain français que nous aimons bien citer, écrivait à une romancière de son époque, George Sand, "l'homme n'est rien, l'œuvre est tout".

A l'heure où les batailles électorales font rage, où les promesses de campagne se transforment en oukases ou disparaissent dans les limbes diaphanes de l'irréel, où les personnalités politiques font l'objet d'une attention maladive des réseaux sociaux (dont ils abusent d'ailleurs eux-mêmes), il faut souhaiter que derrière les femmes et les hommes qui gouverneront ce monde, les actes et les faits soient plus importants que les opinions, les tirades à effets de manche voire les calomnies insidieuses.

Texte achevé de rédiger le 10 février 2017 par Igor de Maack, Gérant et porte parole de la Gestion. 

Cet article ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document promotionnel est un outil de présentation simplifié et ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document ne peut être reproduit, diffusé, communiqué, en tout ou partie, sans autorisation préalable de la société de gestion.

DNCA Investments est une marque commerciale de DNCA Finance

Les marchés actions continuent d'osciller entre bonnes publications annuelles des sociétés, résurgence du risque de sortie de la zone euro de la Grèce et perspectives angoissantes des échéances électorales futures. Ainsi, l'écart entre le taux dix ans français et le...
2017-02-10