26 Janvier 2018

Guerre des monnaies et Paix fiscale.

Commentaire de marché

Alors que la semaine s’est ouverte sur la fin du « shutdown » de certaines administrations américaines (jusqu'à la prochaine date de revoyure entre les Démocrates et les Républicains fixée au 8 février), ce sont les mouvements de change qui ont alimenté les marchés la semaine dernière.

Les déclarations de Steve Mnuchin sur les bienfaits du dollar faible ont propulsé le billet vert à 1,25 conte euro sans que Mario Draghi s’en inquiète vraiment tant la reprise européenne s’avère robuste.

Une position acheteuse sur le yen (une des dernières monnaies les plus faibles contre euro et dollar de tous les grands pays libéraux) pourrait être une idée d’investissement sur un marché des changes qui risque de continuer à perturber la progression des marchés actions et les prévisions de résultats des grandes entreprises. Parallèlement, tous les pays (Etats-Unis en tête mais la France également) se sont lancés dans une paix fiscale avec les entreprises et les ménages les plus fortunés pour attirer les flux de capitaux internationaux et attiser ainsi une concurrence fiscale. Les conséquences positives des baisses massives d'impôt sur l’économie (théorie du ruissellement) pourraient être partiellement annulées par l’effet assez désastreux sur les déficits budgétaires, dérives actuelles caractéristiques des deux modèles capitalistes anglo-saxons (Etats-Unis et Grande-Bretagne).

La fiscalité, outil de redistribution et de meilleure efficacité économique n’est pas un thème nouveau. Déjà, le philosophe Voltaire en 1768 dans son livre « l’homme aux quarante écus », en faisait le centre de son ouvrage. Son récit suggérait d’ailleurs que la meilleure taxe qui puisse exister serait celle dont la base serait l’intelligence, car, par vanité, tout être humain accepterait de la payer ! La guerre des monnaies et la paix fiscale posent aujourd’hui les conditions du nouveau danger qui se profile avec les promesses électorales de Donald Trump : la résurgence du protectionnisme.

Texte achevé de rédiger le 26 janvier 2018 par Igor de Maack, Gérant et porte parole de la Gestion. 

Cet article ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document promotionnel est un outil de présentation simplifié et ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document ne peut être reproduit, diffusé, communiqué, en tout ou partie, sans autorisation préalable de la société de gestion.

DNCA Investments est une marque commerciale de DNCA Finance

Alors que la semaine s’est ouverte sur la fin du « shutdown » de certaines administrations américaines (jusqu'à la prochaine date de revoyure entre les Démocrates et les Républicains fixée au 8 février), ce sont les mouvements de change qui ont alimenté les marchés la semaine dernière. Les déclarations de Steve Mnuchin sur les bienfaits du...
2018-01-26