3 Novembre 2017

Des marchés toujours portés par le cycle de l'économie mondiale et la bienveillance des banques centrales.

Commentaire de marché

Cela va faire bientôt un an que Donald Trump a été élu. Et finalement le "Trump trade" a, depuis, relativement bien fonctionné. Ainsi depuis novembre 2016, la capitalisation boursière mondiale a progressé de 26 000 milliards de dollars. Les marchés obligataires ont continué eux aussi de progresser, contre toute attente, mais de manière moins prononcée (+ 2 000 milliards de dollars). Les investisseurs ont donc montré une forme d'optimisme à toute épreuve préférant se concentrer sur la santé du cycle économique mondial plutôt que sur les tweets du Président des Etats-Unis. La réussite insolente du secteur de la technologie (cf. les commandes record d'Iphone X) et la perspective d'un accord sur la réforme du code fiscal entretiennent également l'espoir d'une poursuite du mouvement haussier outre-Atlantique.

Avec un prix des actifs au plus haut (que ce soit pour les actifs sans risques ou pour les actifs risqués), les investisseurs se retrouvent à la merci d'une rupture/d'une erreur dans la conduite des politiques monétaires. La récente nomination de Jerome Powell à la place de Janet Yellen doit plutôt être perçue comme un gage de continuité même si le renouvellement prochain de plusieurs membres du Board peut faire surgir de l'incertitude.

En zone euro, le discours de Mario Draghi a installé une confiance quasi-aveugle des marchés dans la capacité de la BCE à soutenir l'économie. Bref, les deux grandes banques centrales (Fed et BCE) assurent une forme de garantie contre toute catastrophe financière. Néanmoins, elles ne peuvent pas corriger à elles seules les inégalités que le modèle cyber-capitaliste est entrain d'engendrer.

En effet, aux Etats-Unis, la part d'actifs détenus par les 0,1% les plus riches équivaut désormais à la part d'actifs détenus par les 90% les moins riches...une situation qui ne s'était jamais produite depuis les années 1930.

Texte achevé de rédiger le 3 novembre 2017 par Igor de Maack, Gérant et porte parole de la Gestion.

Cet article ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document promotionnel est un outil de présentation simplifié et ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document ne peut être reproduit, diffusé, communiqué, en tout ou partie, sans autorisation préalable de la société de gestion.

DNCA Investments est une marque commerciale de DNCA Finance

Cela va faire bientôt un an que Donald Trump a été élu. Et finalement le "Trump trade" a, depuis, relativement bien fonctionné. Ainsi depuis novembre 2016, la capitalisation boursière mondiale a progressé de 26 000 milliards de dollars. Les marchés obligataires ont continué eux aussi de progresser, contre toute attente, mais de manière moins...
2017-11-03