May 10, 2017

La victoire d’Emmanuel Macron enterre pour cinq ans le spectre de l’extrême politique en Europe.

Management comment

Par Igor de Maack,
Gérant et Porte parole de la Gestion
 

« Les investisseurs vont plébisciter les actions françaises puis européennes dans leur allocation. »

La démocratie a une nouvelle fois vaincu, de justesse, les hydres de l’extrémisme politique. L’Autriche, l’Espagne, l’Italie, la Hollande et maintenant la France ont préféré la voie de la sagesse et de la continuité dans l’effort même si sur le vieux continent, il faut bien l’avouer, rien n’est simple depuis 2008. 

Le sang-froid des électeurs démocrates a fait basculer la balance en faveur d’un Président dont le programme économique s’avère social-libéral, sérieux et euro-compatible. Les électeurs ont refusé les fantasmes de grand soir populiste, les programmes économiques abscons et les promesses de dépenses publiques impossibles à financer. La victoire d’Emmanuel Macron enterre pour cinq ans le spectre de l’extrême politique en Europe. Il lui faudra néanmoins obtenir une majorité parlementaire absolue ou même relative capable de voter ce programme de réformes et créer ce fameux « choc de confiance ». Les investisseurs domestiques et internationaux vont naturellement plébisciter les actions françaises puis européennes dans leur allocation. L’immobilier, classe d’actifs de rente, ne devrait pas être la priorité du prochain gouvernement français qui souhaite développer l’épargne financière dans les actifs productifs.

Il est temps maintenant de se replonger dans l’économie car la zone euro confirme jour après jour son embellie économique. Les premières publications de résultats trimestriels sont robustes et le commerce mondial amorce une timide renaissance. 

Les multiples chroniqueurs qui ont annoncé depuis 2011 la fin des démocraties et l’agonie de la zone monétaire européenne ont une grande part de responsabilité dans la déstabilisation du peuple vis-à-vis de l’Europe. Ni les vagues d’attentats terroristes, ni la problématique migratoire, ni les tentations extrêmes, ni les crises économiques n’auront pour l’instant réussi à briser depuis 1945 ce rêve européen de paix et surtout de liberté : libres de vivre ensemble, libres d’éduquer nos enfants, libres de protéger nos familles, libres d’entreprendre, libres de créer et libres d’investir et d’épargner pour les générations anciennes et futures. La création, voici ce qui sera bel et bien le maître-mot de ces prochaines années en Europe comme ailleurs : création d’emplois, création d’entreprises, création de richesses, création de talents car comme l’écrivait Albert Camus dans son livre Le Mythe de Sisyphe : « créer c’est vivre deux fois ». Après ce vote crucial et au lendemain de l’anniversaire de la fin de la deuxième guerre mondiale, certain(e)s, peuvent pousser un « ouf » de soulagement même si l’avenir de la France et du continent sont loin d’être écrits.

Texte achevé de rédiger le  8 mai par Igor de Maack, Gérant et Porte-parole de la Gestion.

Cliquez sur l'image pour télécharger ce commentaire de marché en PDF. 

Par Igor de Maack, Gérant et Porte parole de la Gestion   « Les investisseurs vont plébisciter les actions françaises puis européennes dans leur allocation. » La démocratie a une nouvelle fois vaincu, de justesse, les hydres de l’extrémisme politique. L’Autriche,...
2017-05-10