April 22, 2016

Point hebdomadaire sur les marchés par Igor de Maack

Management comment

"L’avenir nous tourmente, le passé nous retient, c’est pour ça que le présent nous échappe" écrivait le grand auteur français Gustave Flaubert. Cette citation reflète assez fidèlement ce que les investisseurs ont ressenti durant ces quatre premiers mois de l’année et durant ces dernières semaines. Inquiets d’une nouvelle Grande Récession, ils ont négligé les signaux positifs envoyés au fil de l’eau par une économie mondiale qui continue de croître à un rythme certes plus modéré.  L’amélioration de la distribution de crédit aux entreprises en zone euro n’est plus contestable. Les bonnes publications trimestrielles s’enchaînent comme celles de L’Oréal ou Danone et la situation de certains pays émergents se stabilise grâce au rebond des matières premières depuis le point bas du début d’année. Ce n’est certes pas suffisant pour les convaincre de reprendre du risque notamment sur les actions européennes mais certains secteurs lourdement sanctionnés (matières premières et banques) retrouvent les faveurs des investisseurs.

Le pétrole n’a finalement pas tant pâti de la non décision de la réunion de Doha du 17 avril. Si l’offre et la demande ne sont toujours pas à l’équilibre, l’arrêt ou le décalage des programmes d’investissement par les grands majors va rapidement plonger l’univers pétrolier dans une phase de sous-investissement. Les prix du pétrole pourraient donc déjà anticiper ce déséquilibre.

Un bon trimestre de publications ne peut pas encore déclencher une révision en hausse des bénéfices sur l’année 2016 mais c’est de bonne augure pour la suite et notamment pour la progression des marges des entreprises européennes à moyen terme. Du côté des banques centrales, on notera lors du conseil de politique monétaire les réitérations de Mario Draghi sur sa détermination à piloter l’économie européenne et notamment le niveau du taux de change l’euro.

Igor de Maack. Achevé de rédiger le 22 avril 2016.

"L’avenir nous tourmente, le passé nous retient, c’est pour ça que le présent nous échappe" écrivait le grand auteur français Gustave Flaubert. Cette citation reflète assez fidèlement ce que les investisseurs ont ressenti durant ces quatre premiers mois de...
2016-04-22